chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

EPALE - Plataforma electrónica dedicada a la enseñanza para adultos en Europa

Blog

Petit dialogue imaginaire à propos des formations en situation de travail (FEST)

12/09/2016
por Anne-lise Ulmann
Idioma: FR
Document available also in: EN DE CS

 

/es/file/shutterstock253495489jpgshutterstock_253495489.jpg

Et si les formations en situation de travail (FEST) nous conduisaient à repenser la formation ?

 

L : …Tu sais, les formations en situation de travail ont toujours existé, mais, comme M. Jourdain qui faisait de la prose sans le savoir, personne n’y prêtait vraiment attention. Pourtant, si l’on écoute les personnes sur la manière dont elles apprennent, c’est essentiellement dans et par le travail qu’elles ont appris.

E : Oui et alors ?

L : Ne serait-il pas nécessaire de s’interroger sur la manière dont le travail apprend et sur les conséquences de ces apprentissages pour repenser la formation ? La loi sur la formation professionnelle continue, ouvre en effet de nouvelles perspectives pour mieux valoriser les  FEST.

E : Pourquoi ?

L : Parce que la logique de la loi est désormais une logique de résultats et non plus de moyens.

E : Mais ça veut dire quoi pour la formation?

L : Ca veut dire que même si une partie de l’obligation légale de formation[1] est supprimée, le développement professionnel des salariés reste toujours une préoccupation. Les entreprises vont donc devoir faire la preuve par le biais de l’entretien professionnel que leurs salariés ont évolué soit dans leurs compétences,  soit dans leur développement de carrière.... Elles devront montrer que, même sans obligations fiscales, les salariés ne sont pas oubliés dans leur développement professionnel.

E : Donc en fait on n’a pas plus de liberté qu’avant !

L : OUI et NON ! OUI, cela offre davantage de liberté : les entreprises ne seront plus obligées de dépenser pour la formation si ce n’est pas utile. Donc plus de départs en stages, juste pour dépenser l’argent de la formation ! Tout le monde se plaignait de cette dépense inepte et bien maintenant c’est fini, les entreprises n’y sont plus obligées ! Elles gagnent si ce n’est en liberté du moins en pertinence pour leur investissement formation.

NON, la levée de l’obligation fiscale ne peut pas être la liberté complète ! La performance d’une entreprise dépendant en grande partie de la manière dont les personnels s’investissent et font leur travail, on ne peut donc pas se désintéresser de leur développement. La libération de l’obligation fiscale n’est pas que liberté ! Elle crée une nouvelle contrainte : celle de faire la preuve que l’entreprise garde le souci du développement professionnel des salariés, notamment en leur permettant de développer leurs compétences et d’acquérir de nouvelles certifications.

E : Comment fait on alors ?

L: C’est là où la loi va conduire à regarder de plus près la manière dont on se forme dans et par le travail.

E : Mais là c’est complètement nouveau…

L : Oui, et non… N’as tu jamais rencontré de salariés qui avec la démarche de VAE (Validation des  acquis de l’expérience) ont fait la preuve qu’ils avaient développé de nouvelles compétences en travaillant ?

E : Oui, bien sûr….

L : Donc comprendre comment le travail forme et se former par le travail n’est pas complètement nouveau. Il faut sans doute se questionner davantage sur ce que l’on fait concrètement dans le travail et comment on apprend à faire ce que l’on fait…

E : C’est sûr parce que ce n’est pas en stage qu’on apprend à travailler…Moi par exemple, si je n’avais pas eu un collègue qui….

L : Alors, tu penses comme moi au fond? On va peut-être arrêter de penser qu'il n'y a que le stage pour apprendre et se former

E : C’est à espérer !

L : On est bien d’accord ! Et si les formations en situation de travail (FEST) nous conduisaient à repenser la formation ? 

Anne-Lise ULMANN est maitre de conférences au CNAM et experte thématique EPALE. 


[1] En France l’obligation légale correspond à  un pourcentage de la masse salariale que toutes les entreprises doivent consacrer à la formation de leurs salariés. Si les entreprises décidaient de ne pas consacrer cette somme à la formation, elle était reversée à l’état.

Share on Facebook Share on Twitter Epale SoundCloud Share on LinkedIn
Refresh comments Enable auto refresh

Mostrando del 1 - 6 al 6
  • Imagen de Jean Vanderspelden

    Merci pour ce partage ; Le sigle FEST, porté par la DGEFP, est peut être un rappel pour que le lieu de travail, le lieu de production, le lieu ou les espaces des interactions porfesionnele soient aussi intégrés dans les nouvelles modalités de mise en oeuvre la formation TLV ; les formations multimodales ou FOAD, telles que le prévoit la réforme de la formation professionnelle de 2014, et en particulier le décret sur la FOAD.

  • Imagen de Thierry Ardouin

    Merci pour ce dialogue sans doute pas si imaginaire. Effectivement la Formation en Situation de Travail (FEST) invite à la réflexion et questionne la formation, tant au niveau individuel de notre rapport  à la formation, tant au niveau des dispositifs d'apprentissage, et surtout son intégration dans la logique plus large de le Formation Tout au long de la Vie (FTLV). Cela interroge aussi les lieux et les temporalités de la FTLV. Dans ce contexte et ses évolutions,avec les risque de confusion, il est de plus en plus important de dire la formation, c'est à dire de chercher à utiliser les termes les plus justes au regard de la diversité des situations. Alors : "Formation, dis moi qui tu es?"

     

  • Imagen de Simon BROEK

    DearAnne-Lise, I would be more than happy to comment on your article. Is there any way to receive it (hopefully in English)? Thanks!

    Simon

  • Imagen de Hélène Paumier

    Dear Simon, 

    The new article about Workplace Learning written by AnneLise is available here : /node/24235

  • Imagen de Anne-lise Ulmann

    Cher Simon Broek,

    Thank you for your comments on my blog. Making a student working environment is actually a very sensitive issue. I have just published an article about this because it is important to differentiate between learning in work through the exercise of the activity and learn the job of developing a reflexive analysis on its own activities.

    I would enjoy having your comments on this.

  • Imagen de Simon BROEK

    Dear Anne-Lise,

    Thanks for your interesting blog. I especially liked the idea that it firmly states that the working environment is at the same time a learning environment. It is therefore very interesting to think about what are the conditions to make the working environment a stimulating learning environment. These conditions concern a variety of aspects such as the diversity of work tasks people conduct; possibilities for informal exchanges with colleagues; incentives and motivations for learning (career progression); recognition of acquired skills and competences, etc.