chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

EPALE - E-Plattform für Erwachsenenbildung in Europa

Blog

Comment favoriser l’apprentissage de la génération Y ?

31/03/2017
von Veronika Tuul
Sprache: FR
Document available also in: ET EN

On dit de la génération Y qu’elle ne tient pas en place, ne garde jamais très longtemps le même emploi et, alors que l’employeur investit dans la formation au poste, elle passe déjà au poste suivant. Parfois, elle n’atteint d’ailleurs même pas la phase de formation. Cet article de blog est pour moi l’occasion de mener une réflexion sur les types d’apprentissage ou de formation qui seraient particulièrement adaptés à la génération Y et sur les méthodes qui permettraient de les mettre en place. Quel rôle les nouvelles technologies peuvent-elles jouer?  

/de/file/ygeneratsioonoppiminee-opejpgy_generatsioon_oppimine_e-ope.jpg

Photo : Bonnie Kittle

Lorsque l’idée de publier cet article a germé dans mon esprit et que j’ai consulté mes collègues afin de mieux identifier le problème sous-jacent, je me suis entendu dire : « A quoi bon ! Pourquoi écrire de nouveau sur la génération Y, il y a déjà tellement d’articles qui lui sont consacrés ! »

J’en conviens. Le sujet a déjà fait couler beaucoup d’encre, aussi bien dans le contexte du travail que celui de la formation professionnelle des adultes, mais j’ai une bonne raison de l’écrire quand même - après tout, les personnes nées entre 1977 et 1995 constituent à l’heure actuelle le plus grand pourcentage de la main-d’œuvre. Moi-même appartenant à cette génération, j’ai décidé de réfléchir sur la question, en adoptant mon propre point de vue.

Nous, les représentants de la génération Y (également connue sous le nom de « Millennials ») avons été décrits comme : techniquement astucieux, coopératifs, ouverts d’esprit, optimistes, autonomes, flexibles et axés sur le travail d’équipe. Nous sommes également qualifiés d’ambitieux, concurrentiels et acquisitifs, égocentriques, impatients, sceptiques et amoureux de gadgets (et de toutes les choses innovantes). 

Dans cet article, je n’ai nullement l’intention de m’appesantir sur les joies et les peines liés à la vie professionnelle des « Millennials » qui résultent précisément de la spécificité de cette génération. Je voudrais, au contraire, me concentrer sur les possibilités d’apprentissage qui tienne compte des spécificités de cette génération particulière.  


Quel genre d’apprentissage la génération Y apprécierait-elle ?
 

Pertinence. Le matériel didactique doit être adapté. La force motrice de la génération Y est sa détermination. Cette génération est déterminée et veut savoir à quoi sert chaque action. Dans le processus d’apprentissage, les élèves se demandent, à eux-mêmes et à l’enseignant, à quoi sert une connaissance ou des compétences particulières ? Comment pourraient-elles m’aider à progresser dans ma vie ? Plus l’étudiant s’implique dans la matière enseignée, plus elle lui devient familière et pertinente.

Leçons courtes. Un monde qui se compose de 140 caractères et de vidéos de 4 minutes, a probablement affecté notre capacité à aller au fond des choses. La bonne nouvelle est que la génération Y apprend rapidement car elle a l’habitude de traiter un flot constant d’informations. Les longs textes, les tableaux volumineux et les longues vidéos sont à éviter lorsqu’il s’agit de concevoir des contenus de formation. Grâce aux petites « portions d’apprentissage », l’étudiant peut décider de façon créative quel type apprentissage il souhaite suivre et dans quelle mesure il souhaite s’engager. Cette approche qui consiste à faire participer les étudiants à la conception de l’apprentissage permet de les responsabiliser.  

L’apprentissage « traditionnel » est ennuyeux. Une tradition, ou une habitude, vient de la répétition. Lorsqu’il s’agit d’enseigner à la génération Y, chaque formation doit être unique. Et en effet, elle sera unique si le formateur donne aux étudiants la possibilité de faire leurs propres choix du processus d’apprentissage. L’utilisation d’outils technologiques n’enlève pas nécessairement à la formation son caractère traditionnel. Car c’est n’est nullement une question d’outils, mais d’approche.  

Pour concevoir un apprentissage adapté à la génération Y, vous devez garder à l’esprit les 5 impératifs suivants : 

  • « Petites portions » - les textes doivent être d’une longueur maximale de 600 mots, divisés en paragraphes et comoportant des listes. 
  • La durée maximale des vidéos doit être de 10 minutes 
  • Créez un système de points et/ou utilisez des badges disponibles dans un environnement d’apprentissage 
  • Au début de chaque cours, passez en revue les objectifs et le contenu du cours pour vérifier que celui-ci est pertinent.
  • Partagez la responsabilité - laissez l’élève concevoir lui-même un contenu et un environnement d’apprentissage appropriés.  

I have a dream…
Je souhaite conclure cet article en partageant avec vous mon grand rêve. Je rêve d’un apprentissage qui ne soit pas compartimenté selon les moyens ou selon sa forme sous laquelle il est dispensé aux étudiants. En tant que membre de la génération Y, je voudrais dire qu’il faut dépasser le concept d’apprentissage en ligne, de formation en ligne, d’environnement d’apprentissage en ligne et surtout celui d’étudiants en ligne. Débarrassons-nous de l’artifice de l’attribut « en ligne » car il s’agit avant tout de l’apprentissage, que nous utilisions un tableau blanc, un SmartBoard, un blog ou un stylo bleu ou noir. 

N’hésitez pas à partager vos avis sur la question : est-ce que ce rêve pourrait devenir réalité ou est-ce qu’il y aura une génération Z d’abord, proposant une orientation globale encore plus large qui ébranlerait tous nos rêves et la compréhension actuelle de l’apprentissage ? 

--

L'auteure, Veronika Tuul, est conceptrice de formations, spécialiste en éducation des adultes et ambassadrice pour EPALE Europe. En tant que praticienne, elle souhaite élargir les possibilités d’apprentissage grâce aux nouvelles technologies appliquées aux reconversions professionnelles.

 

Share on Facebook Share on Twitter Epale SoundCloud Share on LinkedIn
Refresh comments Enable auto refresh

1 - 2 von 2 anzeigen
  • Bild des Benutzers Janett Scully

    Veronika,

    There has been a lot of research and reports compiled on the Generation Y and training & development, an example is a 2011 report done by PwC (PricewaterhouseCoopers) – “Millennials at Work/Reshaping the workplace” https://www.pwc.com/m1/en/services/consulting/documents/millennials-at-work.pdf.  This report takes a comprehensive look at the key characteristics of the Generation Y and gives an insight into what they need to be attracted, managed and developed in the workforce. This report also mirrors all the points you raised and it seems that as employers and trainers are beginning to look at the means of training and developing the Generation Y  they are being urged to focus their attention on planning for Generation Z (or iGens). Looking to the future of iGens in the workforce has started,  examples of this can be found in a blog by Christopher Pappas, 11 June 2016 on eLearning industry site: https://elearningindustry.com/7-tips-develop-online-training-courses-generation-z-workforce which  gives 7 tips for developing training  for the iGen workforce and is also reiterated in a  blog post by Michelle Boyle, 30th August 2016 on learnkit  http://learnkit.com/2016/08/30/generation-z/  listing 4 top tips to creating effective training.   Rushing to develop method and training for the iGens seems to me precipitous while many of the characteristics of the Generation Y are also part of the iGens, it would perhaps be advantageous in developing and designing training that works for the  Generation Y as a  good foundation into what is needed for the iGens, because in truth they will most likely be the ones training them.

  • Bild des Benutzers Anne Rosenberg

    Olen sama meelt, kuigi ei kuulu autoriga samasse generatsiooni, et võiks olla ilma e-ta. E annab palju paindlikke võimlusi ja võiks olla juba praegu täiesti loomulik õppeprotsessi osa. Aga ei ole. E-õpe on eraldi õppetöö vorm ja koolid peavad arvestust e-õppe mahtude üle. Pidevalt on teemaks, millistele ainetele saab luua e-kursusi või vähemalt e-õppe toe. Ja Z-generatsioon tahab traditsioonilist õpet, sest e-õppes tuleb nii palju teha... Reaalsuseks saab vist siis, kui õppija oskab õppida ja teab, kellele ja miks õpib. Suurem osa seda kindlasti teab.