chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

EPALE - Internetplatform for voksenuddannelsesområdet i Europa

Blog

La fiabilité des statistiques d'alphabétisme est remise en cause

28/07/2015
- Aaron Rajania
Sprog: FR
Document available also in: EN DE IT PL

Pour être efficaces, les stratégies d'alphabétisation des adultes doivent s'appuyer sur des faits. La collecte de données précises et fiables apporte non seulement davantage de responsabilisation, mais aussi une contribution vitale à l'élaboration des politiques futures. Les principaux décideurs de l'UE l'ont reconnu par l'intermédiaire du Plan d'action sur l'éducation et la formation des adultes de la Commission européenne qui exhorte les États membres à améliorer le suivi de la formation et de l'éducation des adultes. La résolution du Conseil sur un agenda européen renouvelé dans le domaine de l'éducation et de la formation des adultes est venue compléter les objectifs stratégiques du Cadre stratégique pour la coopération européenne dans le domaine de l'éducation et de la formation visant à accorder une priorité spécifique aux faits et au suivi dans le secteur de la formation des adultes.

Toutefois, les difficultés qui surviennent pour apporter des preuves valables de la dimension et du niveau d'alphabétisation constituent un exemple flagrant des problèmes de mesure et de suivi auxquels est confronté l'ensemble du secteur de l'éducation des adultes. Comme l'indique le second rapport mondial sur l'apprentissage et l'éducation des adultes de l'UNESCO, publié récemment, les taux d'alphabétisation se fondent en grande partie sur des données et des méthodes simplistes et approximatives. Le rapport stipule que 105 pays dans le monde basent leurs données uniquement sur une seule question posée lors du recensement de la population et/ou d'une enquête réalisée auprès des ménages. Cette question est en général formulée de manière simpliste, par exemple «Savez-vous lire et écrire?». Par conséquent, les réponses dépendent de ce que chaque personne entend par «lire» et «écrire» et elles ne reflètent pas les différences qui existent entre les personnes qui répondent à la question.

Face à ce problème, plusieurs enquêtes internationales ont joué un rôle clé dans l'élaboration d'un ensemble d'indicateurs et d'opportunités plus diversifié permettant d’effectuer des comparaisons entre les pays. Il s’agit notamment des études suivantes:

  • l'enquête sur l'alphabétisation et l'autonomie fonctionnelle des adultes (EACA),
  • l'enquête internationale sur l'alphabétisation des adultes (EIAA),
  • le programme international de l'OCDE pour l'évaluation des compétences des adultes (PIAAC)
  • les initiatives LAMP (Programme d'évaluation et de suivi de l'alphabétisme) et RAMAA (Recherche-action sur la mesure des apprentissages des bénéficiaires des programmes d’alphabétisation) de l'Institut de statistique de l'UNESCO. Cette dernière initiative vise à évaluer l'efficacité et l'impact des différents programmes d'alphabétisation sur leurs bénéficiaires.

Outre le fait de sensibiliser aux lacunes en matière d'alphabétisation fonctionnelle chez l’adulte, ces types d'enquête fournissent également un «bilan de santé» utile de l'alphabétisation au plan national. Au niveau de l'UE, cela offre des perspectives formidables qui permettent aux États membres de mieux utiliser les résultats de ces enquêtes, ce qui est compliqué à réaliser à l'échelle d'un seul pays. Je dirais par conséquent que la coopération au sein de l'UE, soutenue financièrement par des programmes européens, joue un rôle capital pour améliorer les approches stratégiques pertinentes fondées sur les faits afin de faire reculer l'alphabétisation. Cependant, le soutien international à lui seul n'est pas suffisant. L'augmentation des évaluations directes à l'échelle nationale est un signe de progrès, mais il convient de reconnaître que ces approches exigent plus de moyens techniques et financiers.

Les gouvernements nationaux se retrouveront alors face à un dilemme: s'ils consacrent des fonds à la production de données fiables, cela aura un impact sur la totalité des fonds disponibles pour la mise en place des programmes. Même si cette situation pose problème, à long terme, les gouvernements devront investir dans l'évaluation de l'alphabétisation et allouer des ressources financières et professionnelles suffisantes pour lancer des initiatives fiables d'évaluation et de mesure dans ce domaine. Il est nécessaire de réaliser un tel investissement afin de prendre des décisions éclairées à tous les niveaux. Il est également important de garder à l'esprit que la recherche de données fiables peut prendre différentes formes et que les enquêtes quantitatives et les instruments d'évaluation ne constituent pas les seules options. En cherchant à comprendre de quelle façon les compétences de base se développent, se perfectionnent et sont utilisées, il est possible d'utiliser des sources de données complémentaires. Il peut s'agir de projets ethnographiques, d'études d'action-recherche et d'enquêtes par auto-déclaration présentant un meilleur rapport coût-efficacité.

Enfin, j'aimerais vous inviter à donner votre avis sur ce point: Quel impact et quelle application pratique ces diverses enquêtes, évaluations et études complémentaires ont-elles concernant l'élaboration des politiques d'alphabétisation des adultes dans votre pays? Les enquêtes internationales telles que la PIACC sont-elles capables de déclencher une réaction politique qui favoriserait les changements nécessaires pour améliorer le niveau d'alphabétisation des adultes dans votre pays? Quelqu'un peut-il donner des exemples précis?

Aaron Rajania est chercheur et consultant à Ecorys UK. Il étudie en particulier les politiques éducatives, les politiques de l'emploi et les questions liées à la recherche.  Parmi ses domaines de recherche de prédilection, citons les systèmes de formation des enseignants, les parcours d'apprentissage, les cadres d'assurance de la qualité et le développement des compétences dans l'environnement professionnel. M. Rajania a vécu et travaillé dans plusieurs pays européens, dont la Belgique, l'Allemagne, la Hongrie et le Royaume-Uni.

Share on Facebook Share on Twitter Epale SoundCloud Share on LinkedIn Share on email